Le Bouddha Chinois

Le bouddhisme en Chine – de l’histoire ancienne aux croyances actuelles

Découvrez le bouddhisme en Chine : qui a introduit le bouddhisme dans la Chine ancienne ; son histoire, sa diffusion, son influence, ses croyances… et le bouddhisme chinois aujourd’hui.

Le bouddhisme a une longue histoire en Chine et a contribué à façonner la culture et les traditions chinoises. Au cours des millénaires, les bouddhistes chinois ont été soutenus et même persécutés par les différents dirigeants, mais la religion est restée forte et, aujourd’hui, la Chine abrite la plus grande population bouddhiste du monde. Dans cet article, nous allons approfondir les croyances bouddhistes chinoises, les personnes qui ont introduit le bouddhisme dans la Chine ancienne, son histoire, son influence et bien d’autres choses encore.

Le bouddha géant de Leshan, en Chine, est le plus grand bouddha sculpté au monde.

1. Qu’est-ce que le bouddhisme chinois et quelles sont les croyances des bouddhistes chinois ?

Divinités bouddhistes sculptées dans les grottes de Longmen

Le bouddhisme chinois est l’une des plus anciennes formes de bouddhisme de l’histoire et la plus ancienne religion étrangère de Chine. Les bouddhistes chinois croient en une combinaison de taoïsme et de bouddhisme mahayana, ce dernier enseignant que l’illumination peut être atteinte en une seule vie.

Le bouddhisme Mahayana a été fondé à l’origine sous l’empire Kushan et s’est répandu en Chine où diverses écoles se sont développées, avant de se répandre plus loin et de devenir populaire dans d’autres pays asiatiques comme le Japon.

2. Les différences entre le bouddhisme chinois et le bouddhisme mahayana

Le « Bouddha rieur », la représentation la plus populaire du Bouddha en Chine.

Une différence importante entre le bouddhisme chinois et les enseignements bouddhistes originaux est la croyance selon laquelle Bouddha n’est pas seulement un maître qui enseigne à ses disciples ce qu’ils doivent faire, mais aussi un dieu que l’on peut prier pour obtenir aide et salut.

Les bouddhistes chinois croient en une combinaison de taoïsme et de bouddhisme, ce qui signifie qu’ils prient à la fois Bouddha et les dieux taoïstes. Tout comme les taoïstes, les bouddhistes chinois rendent également hommage à leurs ancêtres, convaincus qu’ils ont besoin de leur aide et qu’ils la souhaitent. Un excellent exemple de cette combinaison de croyances religieuses est la combustion de papier mousse par les bouddhistes lors de cérémonies religieuses et de festivals, comme le festival annuel de Qingming.

Le bouddhisme chinois se distingue également par la représentation du Bouddha. Selon les premiers enseignements bouddhistes, Bouddha atteignait l’illumination après avoir jeûné, et l’on disait qu’il était extrêmement maigre et décharné. En fait, dans de nombreux pays bouddhistes, Bouddha est représenté très maigre et méditant sous un arbre.

Dans le bouddhisme mahayana d’Asie centrale, Bouddha est représenté fort et en bonne santé, tel un dieu grec, comme en témoignent les statues de Bouddha sculptées le long de la route de la soie avant la fin de la dynastie Tang.

À l’inverse, le Budai, ou « Bouddha rieur », est la représentation la plus courante et la plus populaire de Bouddha en Chine depuis des siècles. Le principal objectif des bouddhistes chinois est d' »être heureux », et c’est pour cette raison que les représentations de Bouddha en Chine le montrent gros et riant, ou souriant.

3. Histoire du bouddhisme

Le bouddhisme est né d’une religion influencée par l’hindouisme en Inde. Les détails de la vie de Bouddha et de ses enseignements originaux, tels qu’ils sont présentés dans les écritures bouddhistes du premier siècle avant J.-C., sont importants pour comprendre comment le bouddhisme chinois s’est développé.

Gautama Bouddha est le fondateur de la religion. Il a vécu entre 600 et 400 av. Le Bouddha et ses disciples n’ont pas laissé d’écrits, mais ses règles de vie monastique et ses enseignements ont été mémorisés et transmis par la tradition orale jusqu’au deuxième siècle avant J.-C., lorsque les premières écritures bouddhiques ont été rédigées.

La tradition orale a été corrompue. Peu de temps après, les premières écritures ont été apportées en Chine.

3.A. Gautama Buddha – Fondateur du bouddhisme

Statue du Bouddha Gautama

On dit que Gautama Bouddha était le prince d’un petit royaume situé dans l’actuel Népal. Il n’était peut-être pas indo-européen.

Selon de nombreuses légendes, des voyants auraient prédit qu’il serait soit un grand saint homme, soit un grand roi. Son père voulait qu’il devienne un grand roi et a essayé d’éloigner son fils de toute religion et de toute vision de la mort et de la souffrance. C’est ainsi qu’en grandissant, il a été choqué de voir un vieil homme et un cadavre. Il a alors voulu résoudre le problème de la souffrance et de la mort.

À l’âge de 29 ans, il est devenu le disciple d’enseignants célèbres en Inde, a appris l’hindouisme et n’était pas satisfait. Il a alors essayé d’apprendre la vérité en s’abstenant de manger et en se mortifiant. Il a failli mourir de faim et s’est presque noyé.

Ensuite, il a mangé, médité et évité les extrêmes de la complaisance ou de la mortification. Cependant, il était presque comme un squelette. Il a fait le vœu de s’asseoir sous un arbre jusqu’à ce qu’il connaisse la vérité et devienne « illuminé » à l’âge de 35 ans.

Il a alors commencé à enseigner. Il a enseigné que tout le monde pouvait être « illuminé ». Il contredisait la croyance hindoue selon laquelle seules les personnes de caste supérieure pouvaient être saintes, ce qui menaçait la société hiérarchique. On dit que de nombreux disciples sont devenus des arhats (saints ressemblant à des dieux et représentés sur de nombreux sites bouddhistes en Chine) et qu’il a enseigné à tout le monde, quelle que soit la caste. Certains hindous pensaient que cette religion était fausse et ses ennemis ont essayé de le tuer. Son idée allait détruire la société hiérarchique.

Il mourut à un âge avancé et son corps fut incinéré.

3.B. Doctrines bouddhistes du premier siècle avant J.-C.

Le temple du Cheval blanc

Le bouddhisme tel qu’il est enseigné dans les premières écritures du deuxième siècle avant J.-C. indique que le Bouddha a enseigné les « Quatre Nobles Vérités » : la souffrance fait partie de l’existence ; l’origine de la souffrance est le désir de sensualité, l’acquisition de l’identité et l’annihilation ; il est possible de mettre fin à la souffrance ; et suivre le Noble Sentier Octuple est le moyen d’y parvenir.

Le noble sentier octuple est le suivant : compréhension juste, pensée juste, parole juste, action juste, moyens d’existence justes, effort juste, pleine conscience juste et concentration juste. Les enseignements bouddhistes mettent l’accent sur l’éthique et la compréhension, et sur le fait qu’il n’y a pas d’intermédiaire entre l’homme et le divin.

3.C. L’histoire du bouddhisme en Chine

Grottes de Mogao, datant de 366 après J.-C.

Tout au long de l’histoire de la Chine, le bouddhisme et les bouddhistes chinois ont bénéficié d’un mélange de soutien et de persécution de la part des dirigeants chinois, certains allant même jusqu’à détruire les temples et les écritures dans le but d’éradiquer la religion.

De nombreuses théories et croyances entourent les premières années du bouddhisme en Chine. Ce qui est certain, c’est que sous la dynastie Qin (221-206 av. J.-C.), l’empereur Qin Shi Huang a interdit toute religion et a imposé l’adoption de la philosophie du légalisme. Bien qu’il soit possible que des enseignants bouddhistes soient arrivés pendant cette période, grâce à la destruction des ouvrages religieux à l’époque, il n’existe aucune preuve matérielle d’une introduction antérieure. Les premières traces d’écritures bouddhistes en Chine remontent à la dynastie Han (206 av. J.-C. – 220 apr. J.-C.), il y a près de 2000 ans, où le bouddhisme a fusionné avec le taoïsme et la religion folklorique.

Sous la dynastie Han, il existait deux voies d’accès terrestres naturelles à la Chine depuis les régions bouddhistes. Il s’agissait de la route de la soie, qui traversait le Xinjiang, et de la route des chevaux de thé, qui passait par le Yunnan.

Après la chute de la dynastie Han, les dynasties qui ont suivi ont adopté leurs propres religions et ont eu des contacts plus ou moins étroits avec les bouddhistes d’Asie centrale, d’Asie du Sud et d’Asie du Sud-Est. Diverses sectes et écoles bouddhistes se sont développées dans ces pays, et leurs enseignements ont été adaptés par les bouddhistes chinois pour former le bouddhisme chinois actuel.

4. Les principales écoles du bouddhisme en Chine

Le monastère de Shaolin dans le Henan, berceau de l’école Chan (Zen) du bouddhisme.

Durant l’apogée du bouddhisme mahayana dans l’histoire du bouddhisme chinois, quatre grandes écoles de bouddhisme ont vu le jour en Chine : Le bouddhisme de la Terre pure, l’école de bouddhisme Chan, l’école de bouddhisme Tiantai et l’école de bouddhisme Huayan.

4.A. L’école de bouddhisme Chan

Le Chan est l’école de bouddhisme la plus dominante en Chine, et plus communément connue en Occident sous son nom japonais : le Zen. De nombreuses théories entourent la création de l’école Chan du bouddhisme, et une théorie populaire attribue sa création à l’influent moine indien Bhodidharma.

La légende veut que Bhodidharma se soit rendu en Chine pour visiter le monastère de Shaolin et qu’on lui ait demandé de partir après avoir critiqué les moines et leurs pratiques. Ne se laissant pas dissuader, Bhodidharma passa neuf ans à méditer dans une grotte voisine et, finalement, les moines de Shaolin furent tellement impressionnés par ses prouesses religieuses qu’ils l’acceptèrent à nouveau dans le monastère et commencèrent à suivre ses enseignements.

Une fois accepté, il fusionna ses connaissances du bouddhisme Mahayana avec les enseignements Shaolin de l’époque pour fonder l’école Chan du bouddhisme au VIe siècle après J.-C. ; cependant, la date exacte de création de l’école reste discutable en raison de la présence de nombreuses autres légendes.

4.B. Le bouddhisme de la Terre pure

Le bouddhisme de la Terre pure est l’une des écoles de bouddhisme les plus anciennes et les plus populaires en Chine. Vers 402, le moine Hui-Yan a fondé l’une des sociétés bouddhistes chinoises les plus populaires, la Société du Lotus blanc, au mont Lu, dans le sud-est de la Chine. Cette société est devenue plus tard le fondement du bouddhisme de la Terre pure. Axé sur le Bouddha Amitābha, les adeptes du bouddhisme de la Terre pure prient le Bouddha Amitabha pour obtenir le salut.

4.C. L’école bouddhiste de Tiantai

L’école de bouddhisme Tiantai, fondée par le moine bouddhiste Zhiyi, constitue une autre tradition majeure. Fondée sur la primauté du Sutra du Lotus, l’école Tiantai a influencé l’émergence d’une variété d’autres écoles de bouddhisme. Le bouddhisme de la Terre pure et le Tiantai se sont depuis répandus dans d’autres pays, le bouddhisme de la Terre pure étant l’école dominante du bouddhisme au Japon.

4.D. L’école bouddhiste Huayan

L’école bouddhiste Huayan est apparue en Chine sous la dynastie Tang. Cette école de bouddhisme a été fondée sous la direction de cinq moines (mieux connus sous le nom de « patriarches ») : Tu-Shun, Chih-Yen, Fa-Tsang, Ch’eng-Kuan et Kuei-Feng Tsung-Mi. Les patriarches fondateurs ont eu le mérite de combiner le bouddhisme avec la culture chinoise et, sous la dynastie Tang, une grande partie de l’école de bouddhisme Huyan a été absorbée par l’école de bouddhisme Chan. Après une période de stagnation, l’école Huayan de bouddhisme a commencé à décliner et a subi un coup dur lorsque l’empereur Wuzong (814 – 846) a imposé l’interdiction de toutes les religions étrangères, mais certains de ses aspects survivent encore dans d’autres écoles asiatiques de bouddhisme.

5. Le bouddhisme de la route de la soie

Les grottes de Bezeklik le long de la route de la soie

On pense généralement que le bouddhisme est entré en Chine par la route de la soie sous la dynastie Han. Après l’établissement du commerce et des voyages avec les Yuezhi, qui à cette époque étaient forcés de se diriger vers le sud en direction de l’Inde, les moines Yuezhi ont commencé à voyager avec les caravanes de marchands, prêchant leur religion le long de la Route de la Soie. La religion Yuezhi croyait en de nombreuses divinités, dont le Bouddha, et s’est rapidement répandue dans toute la région.

Sous le règne de la dynastie Han, l’empereur Ming fit un rêve dans lequel apparaissait un personnage en or. Après avoir consulté ses ministres, il fut déterminé qu’il avait vu le Bouddha. Il envoya donc le fonctionnaire Cai Yin en Asie centrale pour en apprendre davantage sur le bouddhisme. Au bout de trois ans, Cai Yin revint enfin et, à son retour, apporta avec lui des écritures bouddhistes et des moines pour prêcher dans toute la Chine, donnant ainsi naissance à l’essor du bouddhisme en Chine.

Le temple du Cheval blanc

Le temple du Cheval blanc à Luoyang, qui fut jadis le point de départ de la route de la soie, est connu comme le berceau du bouddhisme chinois. Au fur et à mesure que le bouddhisme gagnait en popularité, les fidèles ont commencé à construire d’autres sites de temples bouddhistes, tels que les grottes des mille bouddhas de Bingling(炳灵寺) et les grottes de Mogao, le long de la route de la soie, avec un ensemble de statues et de fresques bouddhistes datant d’environ 420 après J.-C. jusqu’à la dynastie Ming.

Les premières statues montrent des gestes et des poses typiquement indiens, mais les grottes de Bezeklik, près de Turpan, construites après les grottes des mille bouddhas de Bingling, présentent des bouddhistes caucasiens, indiens et mongoloïdes. Les habitants de l’Asie centrale ont continué à répandre les enseignements bouddhistes tout au long de la dynastie Tang (618-907 après J.-C.), durant laquelle le bouddhisme est devenu très populaire et puissant jusqu’à la fin, lorsque les dirigeants taoïstes se sont retournés contre les bouddhistes et ont détruit des milliers de monastères et des dizaines de milliers de temples.

🙏 Le Bouddha chinois est vénéré, mais comment les Chinois célèbrent ils Noël ?

6. Route du cheval de thé Bouddhisme

Les Trois Pagodes de Dali sur la Route du Cheval de Thé

Outre la route de la soie, la route du cheval de thé était une autre grande route commerciale terrestre traversant le Yunnan, le Sichuan et le Tibet et reliant le sud-est de la Chine à l’Asie du Sud-Est. Sous la dynastie Tang, l’empire Nanzhao a prospéré dans l’actuel Yunnan, sa capitale étant la ville de Dali.

Les Nanzhao étaient bouddhistes et ont construit de grands temples bouddhistes autour de Dali et sur la montagne Shibaoshan pour servir de centres d’enseignement bouddhiste. Leurs souverains ont été fortement influencés par les enseignements religieux des voyageurs étrangers et les ont incorporés dans la religion régionale, la développant encore davantage. Alors que la dynastie Tang se retournait contre le bouddhisme, les royaumes de Nanzhao et de Dali le soutenaient. Ils ont préservé le bouddhisme et l’ont aidé à se répandre, comme en témoignent les célèbres Trois Pagodes construites sous leur règne.

7. Le bouddhisme tibétain

Le temple Jokhang, centre spirituel du bouddhisme tibétain, est à la fois un lieu de pèlerinage et un lieu de culte.

Le bouddhisme tibétain doit son nom à la région du Tibet, située dans le sud-est de la Chine. On pense que le bouddhisme est arrivé au Tibet depuis l’Asie centrale entre le 7e et le 9e siècle après J.-C. Il est dérivé du bouddhisme indien, combinant le bouddhisme mahayana avec les enseignements tantriques du bouddhisme vajrayana, ainsi que des éléments chamaniques de la religion indigène Bon.

Le bouddhisme tibétain a souffert pendant l’ère de fragmentation du Tibet au 9e siècle après J.-C., mais il est réapparu plus fort que jamais lors de la renaissance du bouddhisme au 11e siècle. Tout au long de l’histoire, le bouddhisme tibétain et ses enseignements se sont lentement répandus et ont gagné en popularité en dehors de la région.

Aujourd’hui, le bouddhisme tibétain est la religion d’État du Bhoutan et est pratiqué dans des endroits comme le nord du Népal, le nord-est de la Chine et certaines régions de l’Inde. Les Tibétains émigrés ont également propagé le bouddhisme tibétain en Occident et dans le monde entier, où des personnes comme le Dalaï Lama sont devenues des personnalités publiques populaires qui voyagent dans le monde entier, diffusant leurs enseignements et éduquant le monde sur la culture tibétaine.

8. Les principaux sites bouddhistes en Chine

Au fil des ans, les bouddhistes chinois ont construit une multitude de sites religieux bouddhistes dans tout le pays, témoignant de la riche influence du bouddhisme sur la culture chinoise.

8.A. Les grottes de Mogao

Les grottes de Mogao à Dunhuang, dans la province du Gansu

Composées de plus de 700 grottes, les travaux dans les Grottes des Mille Bouddhas se sont étalés sur une période de 1 000 ans. Les grottes de Mogao sont considérées comme les plus grandes grottes bouddhistes du monde.

8.B. Sites sur le bouddhisme tibétain

Moines au monastère de Sera

Le temple de Barkhor et les grands monastères du Tibet témoignent du peuple tibétain et de ses croyances religieuses. Les attractions populaires et les sites de pèlerinage du Tibet accueillent des milliers de visiteurs chaque jour. Les montagnes et les lacs sacrés du Tibet peuvent également être considérés comme des sites populaires du bouddhisme tibétain

Regarder les moines débattre des écritures au monastère de Sera est un moment fort que de nombreux voyageurs considèrent comme incontournable.

8.C. Les trois pagodes

Les Trois Pagodes à Dali, province du Yunnan

Les trois pagodes sont un symbole de la culture et de l’histoire ancienne du Yunnan, la plus haute ayant été construite il y a plus de 1000 ans. Situées à seulement 1,5 kilomètre au nord-ouest de Dali, la visite des Trois Pagodes est incontournable lors d’un séjour dans le Yunnan.

8.D. Les grottes de Yungang

Sculptures des grottes de Yungang

Situées à Datong, dans la province de Shanxi, les grottes de Yungang sont constituées de 1 100 niches réparties dans un système de 252 grottes s’étendant sur 1 kilomètre et sont devenues un site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2001.

Avec plus de 51 000 statues bouddhistes, les grottes de Yungang abritent l’une des plus grandes collections de chefs-d’œuvre de l’art bouddhiste classique en Chine.

8.E. Le Bouddha géant de Leshan

Le Bouddha géant de Leshan

Taillé dans le flanc du mont Lingyun à Leshan, dans la province du Sichuan, ce bouddha en pierre sculptée de 71 mètres de haut et de 24 mètres de large a nécessité 90 ans de construction. Depuis son achèvement en 803 après J.-C., le Bouddha géant de Leshan détient le titre de plus grand bouddha en pierre sculpté au monde et a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1996.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livraison Offerte

Retour Simplifié

SAV Français

Transaction Sécurisée

Panier