4 Poèmes Chinois Anciens sur le Thé et une Symphonie

Alors que je suis assise chez moi et que je trouve du réconfort dans le thé en cette période de crise sanitaire pandémique, j’ai réfléchi à la nature ancienne de la consommation de thé en Chine. L’un des aspects que je préfère dans l’appréciation du thé chinois est sa longue tradition, depuis la Chine ancienne jusqu’à aujourd’hui.

Calligraphie du poète Li Bai de la dynastie Tang

1. Se sentir lié aux pandémies passées

Essayer de rester en bonne santé et en sécurité pendant une pandémie de santé m’a également rapproché d’autres idées anciennes : survivre à une crise de santé.

Je vois beaucoup de gens en ligne qui redécouvrent le « Décaméron » de Boccacio (XIVe siècle), le fait que Shakespeare et Issac Newton ont dû attendre la fin de la peste en isolement, ou le livre de Daniel Defoe (XVIIIe siècle) intitulé « A Journal of the Plague Year » (Journal de l’année de la peste).

Il y a quelque chose de fascinant dans le fait de vivre une crise sanitaire pandémique mondiale contemporaine et de se sentir lié à ces anciennes crises sanitaires comme la peste noire ou les pestes buboniques.

Ces anciens artefacts de la maladie et de la peste sont représentés dans mon esprit comme des réalités hors de portée et dépassées, comme les gravures sur bois du Moyen-Âge par rapport à notre présent photographique numérique.

En sirotant un thé chinois dans mon appartement du Bronx, en plein cœur de l’épicentre du COVID en Amérique, à New York, au printemps 2020, j’ai commencé à m’interroger sur les crises antérieures en Chine, en particulier, et sur la place du thé dans ce contexte.

Peinture de la dynastie Tang représentant des femmes dégustant du thé

2. Le thé et les crises dans la Chine ancienne

Il y a certainement eu des pandémies dans la Chine ancienne et il y a certainement eu des poèmes, des peintures ou des écrits sur le thé en relation avec les crises. La Chine ancienne ayant prospéré sous la dynastie Tang (618-907 ap. J.-C.), nous disposons d’un grand nombre d’artefacts dans lesquels nous pouvons fouiller et chercher des preuves et des informations sur la Chine ancienne.

Dans le livre « Tea in China, A Religious and Cultural History », James Benn écrit : « Les valeurs associées au thé aujourd’hui – qu’il soit naturel, bon pour la santé, détoxifiant, spirituel, stimulant, rafraîchissant, et ainsi de suite – ne sont pas des idées nouvelles, mais des idées façonnées à l’époque des Tang, par des poètes.

Mais par où commencer ? Je ne suis pas un spécialiste de la poésie, de l’art ou de la littérature de la Chine ancienne. Il me faut une éternité pour lire un courriel en chinois moderne ! J’ai eu l’impression que chercher des artefacts sur les crises de la Chine ancienne sur Google en anglais et trouver du réconfort dans le thé, c’était comme amener un détecteur de métaux portatif dans l’océan Pacifique.

Je me suis donc tournée vers des amis universitaires, à savoir Christine Ho, professeur adjoint d’art de l’Asie de l’Est à l’université Mass Amherst, et Alfreda Murck, maître de conférences en histoire de l’art chinois à l’université de Columbia. Christine Ho et Alfreda Murck ont toutes deux mentionné le célèbre poème sur le thé « Sept bols de thé » de Lu Tong, écrit sous la dynastie Tang.

Les « Sept bols de thé » font partie de ces textes que l’on voit partout et dont l’omniprésence les rend presque insignifiants.

C’est le genre de texte que l’on voit extrait et cité dans tous les livres sur le thé, et en particulier sur le thé chinois, et le genre de texte que l’on voit accroché au mur de nombreuses maisons de thé chinoises. S’agit-il du « Live Laugh Love » du thé chinois ? Presque.

Quoi qu’il en soit, ce texte perdure et a traversé plus de 1300 ans et la moitié du monde pour arriver à la conscience de ceux d’entre nous qui vivent leur petite vie en 2020, ainsi qu’à ma propre boîte aux lettres électronique et à mon écran d’ordinateur à New York, et il m’a donc semblé prudent de lui donner au moins une nouvelle chance dans le moment présent.

🍵 De la poésie sur le thé aux penseurs influents, découvrez les philosophes chinois qui ont marqué l’histoire.

« Night Shining White » par Han Gan vers 750 de la collection du Metropolitan Museum of Art

3. Les poètes, « ingénieurs culturels » de la Chine ancienne

La poésie est une source particulièrement importante pour comprendre le thé dans l’esprit et la culture de la Chine ancienne. Selon Benn, « les poètes, en tant qu’ingénieurs culturels de l’époque Tang, ont dû inventer un nouveau monde pour le thé. Plutôt que de créer un seul espace culturel, ils en ont créé plusieurs, tous interconnectés dans une certaine mesure ».

J’ai donc lu une traduction que le Dr Murck m’a envoyée par courriel :

SEPT TASSES/BOLS DE THÉ
Lu Tong (790-835AD)
一碗喉吻润
二碗破孤闷
三碗搜枯肠,惟有文字五千卷
四碗发轻汗,平生不平事尽向毛孔散
五碗肌骨清
六碗通仙灵
七碗吃不得也,唯觉两腋习习清风生
Un bol humidifie les lèvres et la gorge ;
Deux bols brisent la solitude et la mélancolie ;
Trois bols, en réfléchissant bien, on produit cinq mille volumes ;
Quatre bols, en transpirant légèrement, les iniquités d’une vie se dispersent vers les pores.
Cinq bols nettoient les muscles et les tendons ;
Six bols, on accède au royaume de l’esprit ;
On ne peut pas terminer le septième bol, mais on sent seulement une légère brise s’élever sous les bras.

4. Solitude, mélancolie et thé

La ligne qui m’a le plus marqué, à la lecture de ce texte, est la deuxième ligne : « Deux bols brisent la solitude et la mélancolie/二碗破孤闷. »

Lorsque j’ai commencé à réfléchir à la solitude et à la mélancolie décrites par Lu Tong, j’ai commencé à faire le lien avec la solitude que beaucoup d’entre nous ressentent, car nous sommes socialement distants et isolés dans nos maisons pour empêcher la propagation du COVID19 et contribuer à l’aplanissement de la courbe.

Lorsque Lu Tong mentionne la mélancolie, elle semble également se rapporter à la mélancolie sociétale ou, du moins, au sentiment palpable d’effroi, d’anxiété et de tristesse qui a envahi l’air de la ville de New York, avec le nombre stupéfiant de morts et le bruit incessant des ambulances, qui est devenue l’épicentre de la pandémie de santé mondiale.

Malgré cette méditation sur la solitude et la mélancolie, il est largement reconnu que « le poème capture un esprit de sérénité que nous continuons d’associer au thé aujourd’hui », selon George Van Driem dans « A Tale of Tea ».

En cherchant différentes traductions anglaises de ce deuxième vers « 二碗破孤闷 » dans « Seven Cups of Tea » de Lu Tong pour les comparer à la première traduction anglaise que j’ai lue, je suis tombé sur une malle au trésor remplie de joyaux scintillants au fond de l’océan de Google : le travail de Steve W Owyang, ses essais approfondis et experts sur ce poème précis sur Cha Dao (le plus érudit et le plus intello des blogs d’appréciation du thé asiatique) et sur son propre site web Tsiophy.

Ce moment où votre détecteur de métaux manuel trouve une pierre précieuse dans l’océan est vraiment excitant et il a fait ma joie. J’ai parcouru toutes les recherches de M. Owyang et les traductions anglaises qu’il a généreusement partagées sur son site web. Nous avons même entamé une correspondance et il m’a gentiment indiqué la direction de certains poèmes sur son site web.

Ho, tout en s’occupant d’un nouveau-né ( !), m’a très généreusement indiqué des livres qu’elle jugeait utiles (c’est ainsi que j’ai pu trouver l’ouvrage déjà cité « Tea in China, A Religious and Cultural History »), et m’a fait part de revues académiques. Merci au Dr Ho d’avoir partagé ses compétences en matière de recherche universitaire, qui ont réellement constitué l’épine dorsale de toute cette enquête.

Toutes ces recherches, réflexions et lectures ont permis de mettre en lumière quelques poèmes chinois anciens, vieux de plus de 1000 ans, liés à la recherche de réconfort et de consolation dans la consommation de thé, que j’aimerais partager avec vous.

Textile avec médaillon floral, dynastie Tang, de la collection du Metropolitan Museum of Art.

5. Trois poèmes de la dynastie Tang

Il existe bien sûr de nombreuses études sur le contexte historique et culturel de chacun de ces poèmes et sur la signification de chaque mot dans ce contexte, mais je vais vous laisser les lire sans commentaire et voir comment ils peuvent vous parler au moment présent :

La joie de voir le thé pousser dans le jardin
Wei Yingwu (Dynastie Tang 618-907 AD)

Sa nature pure ne peut être souillée,
Lorsqu’on le boit, il nettoie la poussière et les soucis. Cette plante a un goût vraiment divin,
et provient des montagnes.
Après m’être acquitté de mes responsabilités, je plante un théier dans mon jardin non cultivé. Il est heureux de pousser avec les autres végétaux et de parler avec une personne dans la solitude.
Traduction dans « Le thé en Chine, une histoire religieuse et culturelle ».

Chanson sur la consommation de thé au départ de Zheng Rong
Jiaoran (Dynastie Tang 618-907 AD)

L’immortel Danqiu renonça à manger des élixirs de jade,
Cueillant du thé à la place, il but et se vit pousser des ailes de plumes.
Le monde ignore l’existence du manoir des immortels éminents et cachés,
Les gens ne connaissent pas le Palais de la transformation des os en nuages.
L’homme de la montagne nuageuse l’a mélangé dans un chaudron d’or ;
La renommée de l’homme de Chu et de son livre de thé n’est plus à faire !
Tard dans une nuit glaciale, on brise des gâteaux de thé parfumé.
La mousse jaune pâle, infusée jusqu’à débordement, je la sirote et je renais.
Offert par l’homme, ce thé dissipe mes souffrances,
nettoyant mon esprit des soucis et des peurs.
Au matin, les émotions du brasero parfumé demeurent.
Enivrés, nous marchons sur les nuages qui se reflètent dans le ruisseau du Tigre ;
En chantant, je renvoie le gentleman.
Traduction de Steve Owyang

Après avoir mangé
Bai Juyi (Dynastie Tang 618-907 AD)

Après avoir mangé, je m’endors,
Au réveil, deux bols de thé.
Je lève la tête pour voir les ombres du soleil,
Déjà retourné à l’inclinaison du sud-ouest.
Une personne heureuse regrette la disparition rapide de la lumière du jour, Une personne triste se sent malade de la lenteur du temps. Ceux qui n’ont ni soucis ni plaisir,
laissent simplement la vie se dérouler.
Traduction dans « Tea in China, A Religious and Cultural History » (Le thé en Chine, une histoire religieuse et culturelle)

Et si, après tout cela, vous êtes comme Charlène, donnez-moi plus de poésie Tang chinoise ancienne, j’en ai encore pour vous !

Manuscrit de la 9e symphonie de Mahler de la Morgan Library Collection.

6. Gustav Mahler également inspiré par la poésie de la dynastie Tang !

Au cours du mois où j’ai travaillé sur ce mémoire de recherche autodirigé (hahah, juste moi étant moi), j’ai également appris du New York Philharmonic Digital Mahler Festival que Gustav Mahler (compositeur de musique classique austro-bohémien germanophone du 19e au 20e siècle) s’est lui-même inspiré de l’ancienne poésie chinoise de la dynastie Tang pour se réconforter de ses propres chagrins et crises personnelles.

Il a composé sa 9e symphonie (la question de savoir s’il s’agit ou non d’une 9e symphonie ou d’un simple cycle de chansons symphoniques n’est pas tranchée), connue sous le nom de Das Lied von Der Erde, en s’inspirant des traductions allemandes de la poésie Tang ! Vous pouvez écouter la musique ici avec une introduction parlée en arrière-plan avant que la musique ne commence.

Dites-moi ce que vous en pensez et ce que vous avez ressenti en lisant ces anciens poèmes chinois sur le thé et ce qu’ils signifient pour vous en ce moment, alors que beaucoup d’entre nous se tournent vers le thé pour se réconforter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livraison Offerte

Retour Simplifié

SAV Français

Transaction Sécurisée

Panier